Rechercher votre P.E.Z
Plan Epargne Zolidarité

Numéro Nom de l'animal
Accueil


Réponses aux questions
les plus fréquentes des Internautes

A quoi sert un zébu et comment le bénéficiaire gagne-t-il de l'argent avec ?
A quoi sert un cochon et comment le bénéficiaire gagne-t-il de l'argent avec ?
Quelle est la durée de vie d'un Zébu ? d'un cochon ?
De quelle manière les investisseurs récupèrent-ils leurs intérêts ?
Pourquoi dois-je venir à Madagascar pour me faire rembourser ?
Quelle est la part du PEZ destinée à acheter l'animal ?
Le paysan bénéficiaire paye-t-il un intérêt sur son achat ?
Et si le Zébu meurt ou est volé ?
Quelle est la réaction des paysans Malgaches ?
Quelle est la réaction des autorités ?

Allons-nous étendre cette idée à d'autres pays ?
Qui êtes vous ?

Qu'est ce qu'une entreprise sociale ?
Pourquoi les nom zob ?
Pourquoi ?
Comment être sûr qu'il ne s'agit pas d'une escroquerie ?
Comment nous aider ?
Où nous trouver ?
Comment savoir si mon zébu est atteint de la maladie de la vache folle

  • A quoi sert un zébu et comment le bénéficiaire gagne-t-il de l'argent avec ?Haut de page

- Ce n'est pas toujours ce qui vient d'abord à l'esprit mais un zébu (mâle ou femelle) ou un cochon, c'est avant tout une machine à engrais. A Madagascar, on trouve énormément de bio... mais pas par conviction ou par mode, le revenu mensuel moyen d'un paysan est de l'ordre de 30€, les engrais chimiques sont disponibles mais leur coût est le même qu'en Europe. CQFD : la plupart des paysans n'ont pas les moyens d'investir dans les engrais chimiques. Par contre le fumier ou lisier donne de très bons résultats et est très économique si tant est que l'on peut le produire soit même et non pas l'acheter au voisin qui a un animal. Première source d'économie quand on a un zébu.
- Le zébu mâle est ensuite une force de traction. Point de tracteurs pour les paysans pauvres. Une photo typique de Mada est le paysan labourant la terre avec sa bêche. Avec des zébus et une charrue, le paysan : gagne en bien-être en ne se cassant plus le dos à labourer à la bêche, économise sur la main d'oeuvre puisqu'il doit bien souvent embaucher d'autres personnes pour l'aider à retourner toute la surface en un minimum de temps, peut exploiter une surface plus importante et aisni augmenter sa récolte. De plus bien souvent, un paysan qui a des zébus particulièrement aptes au travail, n'aura plus besoin de louer les services de quelqu'un d'autre pour transporter fumier, récoltes, etc... et qui plus est pourra louer lui-même son attelage à d'autres.
- Le zébu femelle est le point de départ de l'élevage, elle permet, si elle est bien entretenue et bien suivie de mettre au monde pratiquement un veau par an. Ces veaux sont autant de petits capitaux sur pattes, qui vont grandir et en deux ans, auront doublé le capital initial (bon rendement s'il en est !). Sa production de lait est faible (2-3L par jour) et suffit juste pour le veau et éventuellement pour la famille, mais aucun commerce de lait n'est possible avec ce genre de bovin.
- La vache métisse (croisée zébu/vache laitière) a les mêmes attributions que la précédente, cependant sa génétique est telle que la production de lait peut être portée jusqu'à 10L par jour. A ce moment là le commerce du lait ou sa transformation (yaourt, fromage) est envisageable. Evidemment cette vache coûte bien plus cher à l'achat et son entretien demande des connaissances, du sérieux et de l'investissement surtout dans l'alimentation... Une Ferrari sans essence, ça ne sert à rien.

  • A quoi sert un cochon et comment le bénéficiaire gagne-t-il de l'argent avec ?Haut de page

Là encore le lisier de porc est utilisé en fertilisant. Ce n'est cependant pas aussi important que pour les bovins. Il y'a deux possibilités pour les porcs :
- Le bénéficiaire acquiert une cochette (jeune truie) en vue de reproduction, s'il sélectionne bien son animal il peut espérer voir naître entre 10 et 12 porcelets 2 à 3 fois par an. Le bénéfice qu'il en tirera viendra donc de la vente des porcelets.
- Le bénéficiaire acquiert des porcelets en vue d'engraissement, il en achète à l'age de trois mois pour les revendre à 1 an en boucherie. C'est un investissement à cycle court qui rapporte un peu mais rapidement. Le bénéfice dépend du choix du porcelet, de son alimentation et de son environnement.

  • Quelle est la durée de vie d'un zébu ? d'un cochon ?Haut de page

Un zébu meure rarement de sa belle mort après une retraite paisible. Le zébu est un capital sur patte, il ne faudrait pas le laisser disparaître. La vie du zébu s'arrête donc quand les risques qu'il meure tout seul deviennent trop grand. Ainsi les bovins sont réformés lorsqu'ils sont agés entre 8 et 10 ans en général. Parfois bien plus tôt s'ils travaillent mal ou ont des problèmes de santé.
Un cochon à engraisser voit rarement ses 18 mois...
Une truie reproductrice reste vivante tant qu'elle donne régulièrement des porcelets, généralement elle dure 4-5 ans.

  • De quelle manière les investisseurs récupèrent-ils leurs intérêts de 7 % ? Haut de page

Les intérêts sont crédités annuellement sur leur Plan Epargne Zolidarité pendant une période fonction du produit choisit (24 mois pour un Zébu, une Métisse, une Charrette ou une Vache Laitière, 10 mois pour un Cochon, …), mais bloqués pendant cette période plus un jour. Avant que votre investissement ne soit débloqué, nous vous invitons à venir rencontrer la famille d'accueil de votre animal et à tâter la croupe de celui-ci. En effet, au-delà de cette période, le bénéficiaire devenant propriétaire de l’animal, nous ne sommes plus maître de l’avenir de votre protégé…Si vous voulez récupérer l'intégralité de votre PEZ une fois celui-ci débloqué, votre argent (investissement initial plus les intérêts, en Ariary Malgache) seront à votre disposition à Madagascar à notre bureau d'Antsirabe dans une limite de 5 années (voir les conditions générales). Vous pouvez les percevoir sur place, muni de votre certificat de propriété original.

  • Pourquoi dois-je venir à Madagascar pour me faire rembourser ? Haut de page

Pour plusieurs raisons qui tournent toutes autour du fait que nous ne sommes pas une banque au sens légal du terme.
- Le but est d’aider les pauvres en faisant sourire les riches et non pas enrichir les riches grâce aux intérêts payés par les pauvres. Ainsi nous voulons éviter toute spéculation de souscripteur qui verrait d’un bon œil d’acheter 10 zébus depuis son canapé en Europe et de percevoir ses intérêts et capital depuis le même canapé deux ans plus tard sans avoir jamais constaté la réalité du terrain et l’aide qu’a pu apporter son investissement sur place.
- L'idée de développement par l'économie de marché est que les devises que nous faisons entrer à Madagascar y restent. En effet, un souscripteur qui se fait rembourser son PEZ en Ariary lors d'un voyage à Mada ne va surement pas le changer en Euro pour le remmener en Europe mais va le dépenser sur place et alimenter l'économie locale de l'artisanat, restauration, services et autres...
- En remboursant sur place, la ZOB soutient le développement du secteur touristique. En effet, le fait d'avoir un zébu à Madagascar donne à coup sûr l'avantage à la Grande Ile comme destination de vacances lorsqu'il y'a hésitation entre différentes destinations du même type.
- Enfin, raison plus pragmatique et à portée moins sociale : ZOB n'est pas une banque et à ce titre n'a aucun droit d'effectuer des virements de placements rémunérés vers l'étranger. Cela ne ferait que créer des problèmes avec les autorités et les services financiers locaux et internationaux... effectivement qu'est ce qui nous différencierait alors d'une banque off-shore basée dans un paradis fiscal?
Il faut donc voir l'impact de la ZOB comme un ensemble de petits impacts et pas seulement comme le financement d'une machine à fumier et encore moins comme une manière de se faire de l'argent facilement.

  • Quelle est la part du PEZ destinée à l'achat de l'animal ? Haut de page

Le paysan demandeur est seul juge du montant du financement qu’il souhaite demandé à la ZOB. La ZOB est quant à elle seule juge des projets qu’elle décide de financer. Le prix d’un zébu est très variable. Il fluctue en fonction de nombreux paramètres : la demande, l’âge, la race, la qualité de la bête, si elle est dressée ou non, le sens du vent… Ainsi, le prix d’un zébu oscille généralement entre 200€ et 600€. En fonction de la demande du paysan, la ZOB peut donc être amenée à compléter un PEZ sur ses fonds propres pour répondre à la demande. En revanche, lorsque le montant de l’achat est inférieur au montant du PEZ, la différence est utilisée en partie pour financer ce que nous ne voulons pas facturer au paysan : les déplacements sur le terrain pour enquêtes et suivi, le personnel de terrain, l’édition et l’envoi du certificat et de la photo par la Poste,... Bref, toutes les charges supplémentaires inhérentes au fait que l'on ne se contente pas de donner de l'argent en signant un papier mais que nous agissons sur le terrain avec des animaux au milieu de la brousse ! Tout l’argent non utilisé pour l’achat de l’animal associé au PEZ ou pour les frais de fonctionnement est intégralement versé dans le fond de financement et donc utilisé à financer d’autres projets agricoles.

  • Le paysan bénéficiaire paye-t-il un intérêt sur son achat ? Haut de page

Le paysan paye bien sûr des intérêts sur son financement, sans quoi nous n'existerions plus depuis longtemps, soit par manque de fonds, soit brûlés par nos concurrents pour concurrence déloyale !
Le taux a été défini à l'époque assez simplement : on s'aligne sur le taux des Institutions de Micro Finance et on baisse d'un point pour être les plus bas du marché. Aujourd'hui ce taux n'a pas changé, 2,5 % mensuel en moyenne (30% annuel) et nous sommes toujours les plus bas. Pour anticiper, oui, ces taux paraissent très élevés, mais l'activité de financement de projets en milieu rural est fort différente de celle des banques et les coûts de fonctionnement induits ne sont pas couverts par les intérêts de petites sommes prêtées. Pour illustrer, prenons un exemple :
- Une banque vous prête 300.000 € pour acheter une maison sur 30 ans à 4,5% annuel. Votre banquier étudie votre dossier sur pièces depuis son fauteuil, les frais de dossier correspondent à quelques paperasses. La banque gagnera 216.000 € d'intérêts sur votre crédit.
- La ZOB finance l’achat d’un zébu à 200 € sur un an à un taux annuel de 30%. La ZOB envoie sur le terrain une équipe pour voir vos conditions de vie et étudier la viabilité de votre projet (puisque vous n'avez aucune pièce justifiant de votre situation), l'équipe vient vous voir régulièrement pendant l'année pour le suivi, elle ne touche pas de frais de dossiers. Les intérêts perçus pour ce dossier sont de 60 €.
C'est un exemple basique mais qui permet de relativiser : ceux qui ont les taux les plus hauts ne sont pas ceux qui gagnent le plus d'argent, tout dépend de l'emprunteur, du travail et du crédit.

  • Et si la bête meurt ou est volée ? Haut de page

Si la bête meurt accidentellement ou de maladie, le bénéficiaire doit nous fournir un certificat vétérinaire expliquant les causes du décès. Dans ce cas, le paysan n'a plus qu'à rembourser le principal restant dû, nous annulons les intérêts restant à payer.
Si le zébu est mort car découpé en côtelette ou sacrifié aux ancêtres, le paysan reste redevable de la totalité de son échéancier et théoriquement celui-ci est exigible immédiatement.
Côté souscripteur, cela ne change rien pour le remboursement de son PEZ au terme des deux années. Voir conditions générales.

  • Quelle est la réaction des paysans malgaches ? Haut de page

Les paysans se bousculent à la ZOB car les conditions d'accès au crédit y sont particulièrement attrayantes :
- Nous ne remettons pas d'argent au bénéficiaire mais un animal, ce qui diminue les risques de voir l'argent utilisé à autre chose par le dominant de la maison (homme ou femme) !
- Le taux d'intérêt est le plus bas du coin.
- Nous ne demandons aucune garantie matérielle aux demandeurs.
- Nous sommes assez flexibles sur les remboursements et si les bénéficiaires, qui n'ont pas de revenus réguliers mais dépendants des récoltes, font preuve de bonne foi, nous reportons les échéances sans pénalités.
Ces conditions seraient considérées comme suicidaires par n'importe quel banquier, mais nous avons un objectif social, notre premier but est de permettre aux exclus du système de financement de débuter ou développer une activité d'élevage tout en les responsabilisant au maximum. Cela demande évidemment de compenser l'insécurité des contrats avec une présence sur le terrain chaque jour et par tous les temps.

  • Quelle est la réaction des autorités ? Haut de page

Plusieurs membres du Gouvernement Malgache encouragent cette initiative. Il s'agit toutefois d'une initiative totalement privée qui ne bénéficie d'aucun fonds institutionnel (don ou prêt) que ce soit gouvernemental ou autre (Banque mondial, Fonds de développements, etc...)

  • Allons nous étendre cette idée à d'autres pays ? Haut de page

Pour le moment, nous essayons de nous structurer solidement à Madagascar, où nous sommes très occupés par les demandes d'investissement d'Europe et les demandes des paysans malgaches. Il nous faut gérer cette croissance de manière sérieuse et approfondie avant toute chose. Toutefois si le succès de l'expérience se confirme , pourquoi ne pas exporter l'idée ? Le facteur limitant restant toujours le nombre de souscripteurs.

  • Qui êtes vous ? Haut de page

La ZOB a été fondée par Stéphane Geay, violoncelliste défroqué et pilote d'avion à Madagascar, il est à l'heure actuelle associé à Charles-Edouard Giblain, Pierre-Alexandre Perrin et Paul Sigogneau pour porter cette entreprise sociale.
La ZOB, c'est 15 employés qui gèrent l'activité de A à Z : Du suivi des souscriptions au remboursement complet des prêts, en passant par la sensibilisation des paysans, le suivi des remboursements et des bêtes, la formation des bénéficiaires et bien sûr par tout ce qui est administratif et comptabilité.

  • Qu'est ce qu'une entreprise sociale ?Haut de page

Une entreprise n'est pas une association ou une ONG, à ce titre, elle ne fonctionne pas sur des fonds perdus qui lui sont donnés par des particuliers ou des bailleurs de fonds instituionnels. Une entreprise travaille dans une logique économique de création de richesses et de développement de son activité.
La ZOB c'est pareil, mais avec une caractéristique supplémentaire : SOCIALE. C'est à dire que la création de richesses est utilisée au bénéfice des gens qu'elle aide : les paysans. Statutairement, aucun dividende ne peut être reversé aux associés et à ce titre aucun des associés ne touche un centime de la ZOB en tant que tel. Tout bénéfice éventuel est ainsi utilisé pour financer des formations paysannes, des crédits supplémentaires ou l'extension de notre zone d'activité.

  • Pourquoi le nom zob ? Haut de page

Stéphane Geay avait créé la société d'aviation MFS (Madagascar Flying Service) en 1992. Au cours d'une soirée arrosée, ses amis ont profité de son état d'ébriété pour lui lancer le défi de créer une marque au nom encore plus provocateur, ZOB. Au départ il fut question d'une Zébu Overseas Beer, d'une ligne de vêtements ZOB, pour finalement commencer par la création en 1996 de la Zébu Overseas Bank. En résumé, tout est parti du nom, c'est une plaisanterie qui a dégénérée en sérieux...

  • Pourquoi ? Haut de page

Pour faire vivre une idée nouvelle : ne pas demander aux riches de donner aux pauvres, mais plutôt de les inciter à investir dans l'économie de base, l'agriculture... C'est l'accès au crédit qui est difficile... Nous sommes aussi fier d'être une des seule organisation qui essaye d'aider les riches à se sentir mieux ! Et en plus nous aimons les Zébus…

  • Comment être sûr qu'il ne s'agit pas d'une escroquerie ? Haut de page

Venez voir votre Zébu sur place ! Comparez avec la photo… Nous allons aussi envoyer un poil de Zébu fixé sous le timbre fiscal du certificat de propriété original que nous enverrons. Vous pourrez ainsi éventuellement procéder si besoin est à une analyse génétique comparative (est-ce bien mon animal ou le zébu naturel d'Yves Montand ou d'Albert de Monaco... ??)… Vous aurez le nom et l'adresse du bénéficiaire de l'animal, pour vous permettre d'effectuer un contrôle direct.

  • Comment nous aider ? Haut de page

Vous êtes nombreux à proposer votre aide et nous vous en remercions. Nous prenons parfois des stagiaires pour leur faire découvrir une autre réalité et pour nous aider dans leurs domaines respectifs (cela va de l'économie à l'agronomie en passant par la programmation logicielle...). Nous sommes cependant bien structurés et chaque poste est pourvu par un employé formé à son travail. La plus grande aide que vous pouvez nous apporter est de faire parler de ZOB autour de vous et de multiplier les souscriptions pour pouvoir répondre à la demande grandissante des paysans qui sont malheureusement souvent mis en attente de financement, faute de souscriptions suffisantes.
Si vous êtes de passage à Madagascar et avez du matériel en trop, nous sommes aussi souvent preneur.

  • Où nous trouver ? Haut de page

Bureaux : à Antsirabe, à 170 Km au Sud d'Antananarivo, la capitale de Madagascar.
En plein centre ville, au marché appelé Antsenakely, en face d'Access banque, à côté de la Boutique Orange.

Demandez aux passants et voisins, tout le monde connaît !
Téléphone bureau : + (261) 20 44 492 04 

  • Comment savoir si mon zébu est atteint de la maladie de la vache folle ? Haut de page
      
    Zébu normal Zébu atteint de la maladie de la vache folle !
    Si votre zébu meugle de la façon suivante, allumez le barbecue...

    Si votre zébu meugle de cette manière, prévoyez un régime végétarien !

    (Cliquez sur l'image - 36K)

    (Cliquez sur l'image - 122K)

 

PEZ : 2856
CABANE - Joëlle
PEZ : 2788
NOE - Claire
PEZ : 2798
PLATT - Inara
PEZ : 2329
BREGERE - Alain/Josiane
PEZ : 2517
SIOEN - Gaëtane
Copyright 2007 Zebu Overseas Brand - Stéphane Geay - www.zob-madagascar.org - All right reserved

mesure audience